La prochaine fois, Roland Romeyer tournera sept fois sa langue dans sa bouche avant de s'exprimer. Lundi sur RMC, le président du Directoire de l'AS Saint-Etienne avait comparé Rémy Vercoutre à une 2CV et Stéphane Ruffier à une Ferrari. La visite de Lyon à Geoffoy-Guichard dimanche soir l'amènera peut-être à revoir son jugement. Dans une rencontre cadenassée où les deux gardiens n'ont pas eu grand chose à faire, le portier stéphanois a précipité la chute de son équipe. Lui et son mur qui s'est totalement disloqué sur un coup franc de Michel Bastos (65e). Invaincus depuis treize matches toutes compétitions confondues, les Verts sont donc tombés (0-1). Comme d'habitude face à l'OL. Ils n'ont plus battu les Rhodaniens dans leur chaudron depuis le 6 avril 1994.Dabo, un rouge qui porte bonheur...Les circonstances du match se prêtaient pourtant à un sursaut stéphanois. Alors que le nike air max pas cher principal fait d'arme de la seconde période avait été un pétard lancé sur la pelouse à quelques mètres de Steed Malbranque qui s'apprêtait à tirer un corner, Mouhamadou Dabo a fait basculer la rencontre. Paradoxalement du bon côté pour les Lyonnais. Expulsé pour avoir donné un coup de tête dans le torse de Gradel (un geste qui a rappelé celui de Zinedine Zidane à l'encontre de Marco Materazzi lors de la finale du mondial 2006) le latéral gauche a contraint Rémi Garde à faire rentrer Bastos avec la suite que l'on connaît. Petit clin d'oeil : le 29 octobre 2011, à Gerland, son carton rouge face à Saint-Etienne avait aussi constitué un tournant. En infériorité numérique, l'OL avait ensuite frappé deux fois par Briand et Gourcuff (2-0).L'OL s'envole au classementLyon n'a pas fait aussi bien. Mais cette victoire sur la plus petite des marges suffira amplement à son bonheur. Au-delà de la question de la suprématie régionale, les joueurs de Rémi Garde ont entretenu leur dynamique de succès (quatre désormais toutes compétitions confondues), et consolidé leur position de leader : cinq points devant le PSG et Marseille, huit devant Saint-Etienne. Dans le air max pas cher jeu, en revanche, ils ne sont pas parvenus à rester sur la lancée des progrès entrevus ces dernières semaines. Eux, comme les Verts d'ailleurs. Après dix premières minutes intéressantes, ce 105e derby entre Saint-Etienne et Lyon a basculé dans l'ennui. C'était avant le geste inconsidéré de Dabo, l'entrée de Bastos, et l'erreur d'appréciation de Ruffier. Aux anges, les supporters lyonnais n'ont pas manqué de chambrer Romeyer. Après avoir chanté «on est chez nous» pendant que le public stéphanois désertait le Chaudron, ils ont rendu hommage à leur «2CV». C'est de bonne guerre.
Emery TAISNE, à Saint-Etienne

Tweet Envoyer à un ami


 


Comments




Leave a Reply