Meilleur rebondeur de Pro A avec 8,63 prises par rencontre. Retenu comme remplaçants dans la sélection des étrangers lors du prochain All Star Game, à Paris-Bercy, le 30 décembre. Troisième à l'évaluation du championnat. Une nomination au titre de meilleur joueur du mois d'octobre. Et une suspension à Cholet. Le début de saison de Darryl Monroe, le pivot du BBD, est bien rempli.

« Sud Ouest ». Comment avez-vous accueilli cette sélection pour le All Star Game ?

Darryl Monroe. C'est un peu une surprise, je pense. Mais c'est un réel honneur pour moi d'être retenu, et de pouvoir représenter Boulazac. J'avais déjà participé à un All Star Game, quand j'évoluais aux Pays-Bas air max pas cher (1).

Qu'espérez-vous de cette fête ?

Rien en particulier. Que je joue cinq minutes, vingt minutes… Je suis simplement content d'y aller. Et je ferai le mieux possible avec ce qu'on me donne.

On a l'impression que le passage de la Pro B à la Pro A ne vous a pas posé de problème. Ça a l'air aussi simple de votre côté ?

C'est quand même une meilleure compétition. Mais je me contente simplement de jouer comme la saison passée. Je dois diriger l'équipe, être un de ses leaders. Je continue à faire ce que le coach me demande !

Votre jeu a évolué tout de même…

Oui, je suis peut-être un peu plus en dehors de la raquette, c'est vrai. Mais cela ne reste que du basket-ball. Même si le niveau change !

Comment ça se passe sans votre acolyte Amadi McKenzie (2) ?

C'est un peu différent… Mais je m'adapte immédiatement. Au basket-ball, les choses changent souvent. Les joueurs, le jeu. Alors, personne ne prend la place d'Amadi, mais certains reprennent son rôle, et je fais avec.

Vous êtes tous les deux meilleurs rebondeurs du championnat. air max pas chere Qu'est-ce que cette statistique vous inspire ?

(À moitié surpris). Je suis meilleur rebondeur du championnat ? Moi ? Je travaille ça, je veux tous les avoir ! C'est ce que je dis à mes coéquipiers : (il sourit) qu'ils me les laissent. Si je prends tous les rebonds, ça leur permet de continuer à jouer. C'est très important. Encore plus que les passes que je peux faire. Être bon dans le secteur du rebond, ça permet d'avoir encore une chance de marquer. Et pendant ce temps, cela réduit celles de l'adversaire de nous mettre un panier.

Comment jugez-vous le début de saison de votre équipe ?

Il y a eu des hauts et des bas… Sur nos défaites, on perd la concentration une ou deux minutes, et l'adversaire en profite pour faire un écart. C'est ce que l'on doit travailler : être concentré durant quarante minutes. Si on y arrive, je suis persuadé qu'on se maintiendra.

Comment avez-vous vécu votre suspension, les appels du club ?

De toute façon, je ne pouvais rien faire. Alors, je ne me suis pas inquiété. Je ne devais pas m'en faire, car je savais que ça allait sans doute tomber. Le coach m'a conseillé de continuer à travailler normalement, c'est ce que j'ai fait.

Quels autres pivots ou intérieurs vous ont impressionné depuis le début de saison ?

Je ne sais pas trop… Williams (de Chalon-sur-Saône) est un top joueur. Il y avait aussi l'autre pivot, le Français… Je ne me souviens plus du nom (Michel Jean-Baptiste Adoplhe, dit « JBAM », NDLR). Il y a Nsonwu-Amadi à Villeurbanne. En fait, en Pro A, à l'inverse de la Pro B, les équipes n'ont pas un seul gros intérieur.

(1) À DeFriesland Aris Leeuwarden, lors de la saison 2009-2010. (2) Il souffre d'une contusion osseuse au tibia, et sera de retour en 2013.



 


Comments




Leave a Reply