Les salariés luxembourgeois vont désormais devoir travailler trois ans de plus pour toucher une retraite équivalente à celle d'aujourd'hui. En effet, l'âge passe de 65 à 68 ans. Ceux qui le souhaitent pourront toujours s'arrêter avant, mais avec une pension diminuée. De plus, les retraites vont également baisser sur le long terme, comme l'a évoqué L'essentiel Online dans un article précédent. Les députés ont approuvé la réforme des retraites ce mercredi après-midi. 38 députés ont voté en faveur, 22 contre. On comptabilise également une abstention.

Le gouvernement et l'opposition ont longuement débattu sur la réduction des pensions alors que les fonds actuels sont loin d'être vides. Il y a actuellement 12,3 milliards d'euros air max pas chere de réserves, ce qui représente plus de trois fois les dépenses annuelles. Mais selon les prévisions, en 2060, les retraités représenteront 45% de la population au Luxembourg, soit trois fois plus qu'aujourd'hui. Selon les calculs, en 2030 les réserves seront épuisées.

Réduire le plafond des retraites

«Si nous ne faisons rien aujourd'hui, nos enfants payeront deux fois plus que nous,pour en retirer que la moitié», a déclaré le rapporteur de la loi Lydia Mutsch (LSAP). Pour la député, cette réforme «s'adapte aux changements à venir». Pour Martine Mergen (CSV​​) «la réforme va permettre d'inciter les gens à travailler plus longtemps». Aujourd'hui, les Luxembourgeois partent en moyenne à 59 ans, alors que la loi prévoyait 65 ans pour une pleine retraite.

Pour l’opposition, la réforme ne va pas assez loin: «les réserves vont être vite épuisées. Avec cette réforme, nous allons droit dans le mur», a fait remarquer le député DP Carlo Wagner. Certains ont également appelé à air max pas cher des améliorations. Braz (Déi Gréng) a lui réclamé une réforme plus profonde. Il souhaiterait par exemple réduire le plafond des retraites, qui correspond à cinq fois le salaire minimum, soit environ 10 000 euros» «Même à 7000 euros (trois fois le salaire minimum), ce serait acceptable», précise Braz.

Enfin, Serge Urbany (déi Lénk) s'est prononcé contre le projet de réforme dans sa totalité: «Nous décidons aujourd'hui pour un avenir que nous ne connaissons pas», a-t-il martelé. Les membres de son parti l’ont soutenu en manifestant mercredi après-midi avec les drapeaux du parti (voir diaporama).




 


Comments




Leave a Reply